Mon fiston et ses trouvailles

Promenade_01

Une promenade samedi après-midi avec Henri. Quelques trouvailles ramassées au gré du parcours. Des morceaux de bois sur lesquels dessiner, une corde pour tout nouer, un trombone pour tout conserver.

Mon enfant a la capacité de trouver des petits morceaux de projets à venir dans les poubelles.

Publicités

La cabane

Ça fait plusieurs semaines que ces photos traînent sur mon ordinateur, mais aujourd’hui, parce que c’est l’automne, que c’est un peu gris, qu’il n’y a plus vraiment de feuilles aux arbres*, j’avais envie de vous montrer notre dernier projet de l’été.

Avec des restants de contreplaqué, le sous-plancher de nos nouveaux voisins qui refaisaient leur cuisine, les escaliers qui, jadis, menaient à la piscine chez ma mère et des vieilles planches récupérées de sa galerie, Julien a fabriqué une superbe petite cabane chez ma mère pour Henri. Un endroit confortable pour qu’il puisse regarder ses livres et où il peut recevoir du courrier (grâce à l’ancienne boîte à lettres, récupérée elle aussi).

Et j’ai profité de l’occasion (tous les prétextes sont bons) pour fabriquer une petite guirlande que j’ai fixée sur le devant de la cabane. Pour ce faire, j’ai d’abord coupé les fanions dans du gros carton et je les ai recouverts de duct tape pour qu’ils soient imperméables.

CabaneBois_0009

CabaneBois_0013

CabaneBois_0023

CabaneBois_0024

CabaneBois_0026

CabaneBois_0031

CabaneBois_0034

CabaneBois_0039

CabaneBois_0064

CabaneBois_0066

CabaneBois_0067

CabaneBois_0068

CabaneBois_0070

Coût total du projet : 25 $, pour la poignée (mais Julien admet qu’avoir pris le temps, il aurait sûrement pu en trouver une beaucoup moins chère dans un bazar!), un marteau à manche court (comme celui-là) qui a permis à Henri de participer activement à la fabrication de sa cabane et des clous.

*Je ne m’en plains pas, cela dit. J’adore l’automne, même quand il est gris et venteux.

La tournée des poubelles : des tasses

logoTourneePoubelles

Nous avions envie que Solstice soit un événement relativement écoresponsable, au sens où nous voulions faire des efforts pour que l’événement ne produise pas trop de déchets, et assez tôt dans la planification, nous avons eu l’idée d’utiliser des vraies tasses plutôt que des verres de carton pour servir les boissons. J’ai déjà une grande collection de tasses à la maison, mais je n’en avais pas assez pour l’événement, et je suis tombée par chance (et à mon plus grand bonheur) sur tout un lot de tasses vintages dans différentes ventes de garage la fin de semaine dernière. Au total, j’ai acheté 23 tasses pour 3,25$ qui viendront compléter samedi celles qu’Annick apportera et celles que ma mère nous a gentiment prêtées.

tasse_16

tasse_29
tasse_340 tasse_35

Sur place, pour placer les tasses (et pour décorer la salle), nous avons eu l’idée de visser des crochets sur un simple panneau de MDF récupéré. Pour rendre le tout plus joli, j’ai peint des triangles aux couleurs de l’événement. J’ai hâte à samedi pour l’installer!

tasse_03

tasse_07

tasse_12
tasse_17

tasse_28

tasse_38

tasse_41

La tournée des poubelles : un néon

En janvier, Julien a aperçu une enseigne néon dans les vidanges. Je dis « aperçu » parce qu’il ne l’a vraiment vue que du coin de l’oeil et a immédiatement stationné la voiture sur le côté de la rue pour aller la récupérer. En tubes au néon, il était écrit ÉpilTOUT; il a gardé le « TOUT » qu’il a réinstallé sur une belle plaque de bois. Et ça a donné ça :

epiltout_06

epiltout_04  epiltout_10

epiltout_11

epiltout_13

epiltout_15

+++

Ce n’est pas la première fois que Julien ramasse une enseigne néon dans les poubelles. Il y a quelques années, il avait mis la main sur un duo de palmiers qui s’était malheureusement brisé dans le transport et, depuis, il rêvait de trouver une nouvelle enseigne. Je vais vous dire, bien honnêtement, les enseignes néon, c’est pas trop mon genre. Mais je dois admettre que fixé sur une plaque de bois au-dessus de la table à dessin, le « TOUT » a du style!

Qu’en pensez-vous?

La tournée des poubelles : un banc pour l’entrée

Depuis le déménagement, nous avons une liste quasi interminable de projets que nous voulons faire dans l’appartement. Mais petit à petit, nous avançons dans notre liste et voilà que ce matin, nous avons finalement terminé le banc pour l’entrée. Dans notre ancien appartement, nous avions pris goût à avoir un petit espace pour déposer les sacs ou pour qu’Henri puisse s’asseoir en attendant de sortir et, cette fois, je me suis inspiré de cette image pour concevoir le banc. Lorsque je l’ai montrée à Julien, il a immédiatement proposé de prendre une belle planche de teck qu’il avait ramassé chez mes grands-parents il y a plus d’un an et nous avons décidé d’attendre sagement de trouver de belles pattes pour compléter le banc. Notre voeu a été exaucé il y a quelques semaines alors que nous avons récupéré les pattes d’une table basse dans les vidanges près de chez mes parents. Plusieurs couches de peinture Corrostop et de vernis ultra-lustré plus tard, voilà le résultat.

La tournée des poubelles : imprimés pour t-shirts

Il y a deux ans, pour la fête de Julien, nous étions allés nous promener en amoureux le long de la 138, la journée des ventes de garage. Parmi notre lot de belles trouvailles, ce jour-là, un ensemble d’imprimés pour t-shirts provenant d’un ancien magasin – et directement sortis des années 1980 – que nous avons payé quelques dollars (de mémoire, je dirais 5 dollars). Parmi la centaine de dessins disponibles, nous avons gardé précieusement les plus beaux, les plus colorés, les plus drôles, en attendant de trouver un moyen de les transférer nous-mêmes sur des t-shirts, sachant que les dessins doivent être pressés sur les chandails à très haute température.

C’est maintenant chose faite. Henri a été le premier volontaire et il s’est choisi un tracteur que nous avons imprimé sur un chandail bleu (évidemment, c’est sa couleur préférée). Reste à voir si l’impression passera le test des lavages multiples – ensuite ce sera au tour de Julien d’imprimer ses chandails. Voici donc ses images préférées.

La tournée des poubelles : clôture de bois

Ça a commencé avec un joli emballage de fines herbes que j’ai acheté la semaine dernière. Puis, avec les planches de la vieille clôture chez mes parents (que nous avions entre autres utilisées ici) que nous avons déménagées et qui étaient accotées près de la maison, nous avons fabriqué une petite boîte à fleurs. Temps total pour le projet, comprenant l’installation : 10 minutes. Coût total : 9 $ (le prix des fines herbes; on avait déjà tout le reste).

Je vous en montre des photos surtout parce que je trouve le résultat plutôt joli et que la boîte à fleurs a signé le début de l’aménagement de l’extérieur de l’appartement, ce qui m’a fait grandement plaisir. Et puis, avec le temps gris aujourd’hui, j’aime bien regarder ces photos ensoleillées.