Dans la bibliothèque : Le train arrive

Une autre belle trouvaille pour mon fiston-amateur-de-trains, empruntée à la Bibliothèque nationaleLe train arrive de Charlotte Voake.

Vous connaissez peut-être déjà l’illustratrice – elle a écrit et illustré 7 albums et illustré 24 autres -, mais pour moi, c’était une belle découverte. Une petite recherche Internet m’apprend que : « Charlotte Voake est née en 1957 à Wales au pays de Galles. Elle a grandi à Chepstowe, puis à Wirral, avant de partir pour Londres, où elle a étudié l’histoire de l’art.

Elle n’a jamais eu aucune formation pratique à l’art ou au dessin, mais a toujours eu l’ambition de devenir illustratrice. D’ailleurs, elle a illustré son premier livre (The New Red Bike –non traduit en français) à 21 ans, alors qu’elle était encore étudiante à l’université de Londres.

Après avoir terminé sa formation en histoire de l’art, Charlotte Voake a travaillé quelque temps à la galerie Bluecoat à Liverpool avant de consacrer tout son temps à l’écriture et surtout à l’illustration de livres pour enfants.

Elle vit actuellement dans le Surrey ; elle est mariée, et mère de deux enfants : Chloé et William (elle utilise souvent leurs prénoms pour les personnages de ses livres). Elle a également un chien et deux chats, à qui elle a dédicacé deux de ses ouvrages. »

Dans Le train arrive, on suit Chloé et Guillaume (William, dans la version originale) qui partent en promenade en vélo avec leur père pour aller voir le train passer sous le pont. Ils ne sont pas seuls à attendre qu’il arrive (aller voir le train passer semble vraiment être une attraction populaire près de chez eux) et, ce faisant, ils nous offrent un beau petit récit, tout en simplicité, sur les joies du quotidien.

TrainArrive_01

TrainArrive_05

TrainArrive_07

TrainArrive_11

TrainArrive_13

TrainArrive_15

TrainArrive_21

Le train arrive, Charlotte Voake, Gallimard, 32 pages.

Publicités

Livres du jour : les trains de Naokata Mase

Je suis tombée sur ces deux livres de Naokata Mase à la bibliothèque. J’ai trouvé peu de choses sur l’auteur sur Internet, sauf cette courte biographie. Je sais donc qu’il vit au Japon et qu’il est diplômé de la Faculté des Lettres de Hosei et membre de la Société des illustrateurs de livres pour enfants du Japon.

Ses livres sont magnifiques. Encore une fois, j’ai été attirée par la quantité de détails. Cette fois, j’ai aussi beaucoup aimé la splendeur des paysages nippons (particulièrement dans Tchou Tchou!). Henri, qui adore l’univers des trains, est emballé par les images de rails, de tunnels et de wagons. Il suit la narration avec facilité et participe aux activités suggérées (« Mon petit train traverse le village, au milieu d’une belle bataille de boules de neige, TATA TATOUM, TATA TATOUM. Les enfants s’amusent comme des fous! Et toi, à quoi voudrais-tu jouer? » La réponse d’Henri : « Je veux faire un bonhomme de neige ou glisser »).

Dans Fonce petit train!, les pages se déplient deux fois. Le livre devient donc très large et laisse beaucoup de place pour les dessins panoramiques. Dans Tchou Tchou!, l’alternance entre les paysages et les tunnels créent un rythme dynamique. D’un tunnel à l’autre, on peut suivre les mêmes personnages et voir comment se déroule leur trajet.

Tchou Tchou! et Fonce petit train!, Naokata Mase, Éditions Le Sorbier.

Notez : Naokata Mase propose d’autres thèmes, notamment avec Voilà le facteur! que je suis bien curieuse de découvrir.