Des nouvelles du jardin

JardinCommunautaire_0010

Alors que l’été tire déjà à sa fin, le temps des dernières récoltes s’amorce. Nous sommes passés au jardin il y a quelques jours le temps de cueillir des haricots (encore – il en a poussé tellement cet été), des edamames, des tomates, de la roquette, du kale, des carottes… Et en regardant notre lot verdoyant, j’étais assez satisfaite.

Cette année, comme l’an dernier, nous n’avons pas été les plus rigoureux dans l’entretien de notre jardin – suffit de voir le lot d’un de nos voisins, avec ses légumes bien cordés et aucune mauvaise herbe, pour nous sentir paresseux -, mais nos petits efforts nous ont bien servis. Encore plus que l’an dernier, notre production de fruits et légumes a eu un impact réel sur nos achats à l’épicerie et au marché. En optant davantage pour la variété que pour la quantité, nous avons eu différentes variétés tout l’été. Cela ne nous a pas non plus empêchés de faire quelques réserves – plein de sortes de pesto, des tomates congelées prêtes à être séchées au four à l’automne (là, il fait encore trop chaud pour laisser aller le four toute la journée!), des zucchinis râpés congelés, prêts à être transformés en muffins.

Cela dit, peut-être à cause d’un début de saison plus difficile (rappelez-vous les baisses de température et les pluies du printemps), certaines variétés sont un peu moins belles que l’an dernier. C’est le cas de nos plants de tomates, entre autres, qui sont vraiment moins vigoureux que l’an dernier. Ça vous est arrivé aussi?

JardinCommunautaire_0018

JardinCommunautaire_0022

JardinCommunautaire_0013

JardinCommunautaire_0001

Publicités

Jardinage

Cet été, nous avons accès à un lot de 10 pieds par 20 pieds au jardin communautaire. C’est la première fois que nous nous mettons avec autant de sérieux au jardinage (c’est notre premier jardin, à part pour des tomates et des fines herbes en pot) – hier nous avons passé deux heures à retourner la terre, étendre notre compost, semer nos premières graines et planter nos premières pousses. Même Henri a travaillé sans relâche pour nous aider à tout préparer.

Pour cette première expérience, nous avons privilégié la variété plutôt que la quantité. Au final, nous aurons : carottes, haricots, concombres (deux variétés), tomates (quatre variétés), poireaux, fraises, framboises, cerises de terre, courgettes, kale, roquette, laitue romaine, basilic, menthe marocaine, arachides, anis, camomille, monnaie du pape (parce que c’est beau), poivrons jaunes, rhubarbe.

Je vous ferai un compte rendu de nos récoltes dans quelques semaines. En attendant, n’hésitez pas à partager vos expériences de jardinage – j’ai un tas de choses à apprendre et j’aimerais bien vous entendre!

+++

Dans la revue Colors présentement en kiosque, je lisais : « Les souris auxquelles on injecte le M. Vaccae – une bactérie que l’on trouve fréquemment dans la terre – produisent plus de sérotonine [le neurotransmetteur responsable de la satisfaction et du bien-être] au niveau de leur cortex préfontal, la partie du cerveau qui régule l’humeur et la cognition. Il est possible que les humains tirent le même bénéfice du jardinage » (p. 99).